• Cosmos

    Le rat des villes ne veut pas voir le rat des champs qui lui rappelle ce qu'il fut. Le dandy parfumé, l'esthète savonné, le lettre policé ne souhaitent pas qu'on leur mette sous les yeux leur passé ancestral, ils ne veulent pas voir le temps du temps d'avant le temps barbare qui est le leur. Temps de la crasse mais de la vérité ontologique, temps de la chevelure sale en broussaille mais tempsde l'authenticité métaphysique, temps des odeurs fortes des fripes que sentent le feu de bois, l'humidité croupie, la saleté domestique, mais temps de la simplicité philosophique.

    Michel Onfray (Cosmos°)


    votre commentaire
  • Verbena officinalis-JH12341Verbena officinalis L.

    Je respire l'humus du vase florentin, qui sépare... L'image de ma plante est malade, elle absorbe l'air et les songes des hommes. Elle s'oxyde de mon impuissance, de l'étendue ridicule de mon cinéma. Le monde est un vaste spectacle, où le tube de verre emprisonne la vie sans cesse... Une ruée aveugle tourne autour du tout, sans compréhension de la chose une. L'axe de l'humanité n'est qu'un désir souterrain, puisque la Terre est une image commentée que par la mort. L'homme s'enivre de breloque et perd ses moyens devant le poids de la glaise stérile. Un organisme, deux herbes et trois cadavres...L’avenir est là... L’enfant s'enfonce peu à peu... L’humilité est un pays ignoré pour l'humanité, et dont l'ignorance est une fin. Lab M


    votre commentaire
  • Digitalis purpurea L.  l_b21d8f75203eb1e967f26dfeab4a9fec

    Les eaux stagnantes ressemblent à la mémoire des humains. Et son impact ira au-delà de ce que l'on peut imaginée.

    Au-delà du calme trompeur de la surface, se cachent des êtres griffus et cruels que l'initié connait sous le nom de "Enki". Guettant sa masse, l'être agrippe l'infortuné pour l'entraîner vers l'absence où l'Ondine nage en révérant celui dont le nom ne peut-être prononcé. Les irrévérencieux sentiront l'étreinte de la mort car pour l'être, les livres ne sont que rêve, et le sang, que des promesses inachevées. Le sylphe sait cueillir le souffle de l'inconscient...

    Celui qui parle ne sait pas et croit pouvoir soumettre les êtres qui diversifient notre monde. Folie... Qui vole imprudemment, hurlera d'effroi. Qui nage dans les profondeurs, s'évaporera. Mais celui qui croit savoir ne sait rien. Celui qui sait n'existe pas et s'il existait, il ne parlerait pas. Lab M


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires